Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
poésie et brouillard

L'amour est un crime dont je n'assume pas les conséquences

26 Octobre 2016, 19:33pm

Publié par drink 75

Et puis j'ai continué de vivre entre les jours et les nuits, comme une âme,

Une pauvre âme crétine et ivre,

Je me suis lancé contre le mur de ton silence, l'hallali de ton absence,

Rêvé de revenir encore parmi toi, encore en toi, encore l'émoi,

D'une rive l'autre, dérive et puis, je m'abstrait,

Comme un jour qui s'ennuie, qui vacille et qui prie, je nuits et je m'écris,

Des pages que je noircis,

Ton front que je retiens, te souviens, te reviens, ton corps a l'agonie,

J'épuise mes tourments,

Je vis parmi moi-même,

Je cours les anathèmes,

Evite encore la nuit, je vole sur les pavés, sur belleville endormi,

Je renonce et je pleure, je t'aime et puis je meurs, ne crois pas mon amie,

Que j'oublierais nos corps a l'agonie, nos coeurs réunis,

Je t'attends mon amour, dans le sourd silence, soit le jour soit la nuit,

Je t'attends, et ma vie, n'est plus qu'une rêverie,

Une vie cartilage,

Un psaume,

Le sentiment flétri d'une image et d'un cri.

 

 

Voir les commentaires

Vodka

22 Octobre 2016, 19:48pm

Publié par drink 75

 

Boire toi et moi ma chérie tu ne sais pas trop ce que c'est (la vie)

Mais c'est un alcool dont je n'oublie pas le goût

Un peu comme ta chatte rasée un peu ton con et le jus qu'il dégage

Boire !

Toi et moi ma chèrie

Tu ne sais pas trop qui je suis

Je suis ce type un peu lourd qui vacille sur toi et qui essaie de revivre encore un peu

Mais j'aime le goût de ta chatte tu sais,

J'aime l'amant; j'aime ton clitoris je crois,

Je sais l'amende que tu m'attribue, car c'est toi et moi,

Nous sommes ces charcuteries en exposition et nous ne voulons pas plus

Je t'aime mon amour et c'est tout qui m’emporte crois moi

Et c'est tout ce qui m'importe crois moi

Je t'aime mon amour pour toujours

Oui je suis niais, oui je le suis,

Mais je plonge ma queue, dans ta chatte brune,

Dans ta chatte

Brune.

Voir les commentaires

Hiver sans retour

8 Octobre 2016, 21:08pm

Publié par drink 75

Hiver sans retour

Et puis tu cours, tu danses, tu erres,

Fantôme insignifiant, vers l'hiver sans retour,

Tu sautes dans les cours d'eau, tu fumes au cœur des nuits,

Et puis tu baises, tu vies, tu pleures, tu gerbes,

Tu te gave de vodka, de rêves et de cauchemars,

Un jour tu ne verras plus,

Tu crieras dans les plaines,

Tu chialeras bien trop fort,

Tu attireras les loups, luisant de ta ferveur,

Alors tu pleures, tu nies, tu éteins la douleur,

Tu ne sais plus que faire,

Sinon trinquer trop fort,

Sinon traquer les morts, dans les forêts de neige,

Sous la pluie,

Tu étends ton squelette

Dans le ciel gris et or,

Attendant le retour,

Caramélisant le sort,

Et puis tu marches,

Encore,

Mais plus pour très longtemps,

Et tu cours, tes remords,

Et tu murmure,

Ton corps enfoncé dans les brumes.

Voir les commentaires

La vie monotone

6 Octobre 2016, 13:01pm

Publié par drink 75

Se lever le matin aller pisser ou chier,

Revenir se coucher dans le lit embrasser le corps vain,

Qui dort encore, hébété de bibine,

Sentir et refouler son haleine d'alcoolique,

Épeler les souvenirs pour ne plus se mentir,

Ma vie est monotone, ma vie est une cuite,

Des verres et des bouteilles, de la mousse et des cris,

Des corps qui se souviennent, des solitudes turquoises,

Dans les soirées de braise,

Je veux vivre monotone,

je veux chier monotone,

Ne pas encore y croire, ne plus vivre sans boire,

Je veux lécher les verres, comme des tétons humides,

Je veux maintenir l'ivresse et ne plus me souvenir.

La vie monotone

Voir les commentaires

Octobre

5 Octobre 2016, 12:54pm

Publié par drink 75

Octobre

Octobre revient encore et toujours

Comme une promesse jamais flétrie, comme un soupçon qui se tait,

Octobre, encore et toujours,

Dans l'automne, dans la pluie et le vent,

J'attends mon infernal amour,

Ton retour, ton hiver, ton printemps,

Octobre revient dans mes tripes,

Comme un baiser du bout des lèvres,

Tu disparais, tu mendies, tu m'effrites,

Je ne serais jamais distrait,

Octobre, souviens toi mon amour,

Ce qui ne peut se dire, se taire,

Et comme l'illusion de l'hiver, du printemps,

De l'été, même,

Comme nos odeurs maintenant se perdent,

Octobre, revient,

Bel octobre,

Revient encore un peu, mon âme, mon fruit,

Disperse les tourments et la peine,

J'aimerais que tu râles, que tu cries,

Octobre restera en moi-même,

Je ne veux pas des autres cieux.

Voir les commentaires