Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
poésie et brouillard

Fureur dans la neige

17 Juin 2017, 19:48pm

Publié par drink 75

 

Et puis je cours, crétin, je bois des coups, enfin, je me demande ou tu es ce que tu fais, et je ne sais plus, je me souviens de cette fille a la chatte épilée, un peu,

Pas tant que ça enfin, j'ai revu tes yeux et ta douleur, j'ai tout plié, au fond de ma poche, enfin, au fond, j'ai comme qui dirait la vie en suspend, de peu,

Je vais dans les couloirs, et je regarde encore un peu, tes seins mouvants dans lesquels je me perds parfois, dans les vies de peu, qui me fatigue, un peu,

Je me rends compte de votre tristesse, de vos amphibies réactions, je dédouane votre âme sur des murs atones, ou l'écho se meurt, de peu,

Et puis tu te souviens courir dans les rues de la ville ou la mer vient finir,

Je ne suis plus que larmes et émotions factices, je me noies croies le un peu

Avec cette fille et ces soubresauts et cette sensation, jour atone,

Je reviens un peu plus loin du rien, je reviens de rien,

Les souvenirs sont des épices qu'on ne peut que rebeller encore, pour ne pas oublier ces promesses qu'ils ne seront jamais,

La vie est un sarcasme qui ne mérite pas une meilleur illusion, qui ne mérite pas, qui ne mérite plus, non, qui ne mérite rien de plus.

 

Voir les commentaires

L'hiver de nos espoirs

10 Juin 2017, 19:07pm

Publié par drink 75

 

Il y aura de la nuit en été, des soubresauts curieux, et des flammes,

Tu sais,

Je me souviens encore de tes pas dans la neige, quand la nuit survenait,

Aérienne,

Il y avait encore, d'autre raisons coupables, des déraisons aussi, des nuit en suspension,

J'imagine,

Deviner ta silhouette, dériver dans la brume, atteindre encore les cimes, dans le brouillard,

Tu erre,

Je ne te reverrais, que dans les rêves éteints, de mon âme qui se meut,

Reviens,

Poignarde une dernière fois mon corps, pour rassasier l'image, nourrir mes sentiments,

Je t'attends.

 

Voir les commentaires

Couleur des ténèbres

3 Juin 2017, 09:15am

Publié par drink 75

Sourire des femmes en blanc qui te giflent, te maintiennent, des douleurs sordides, une envie de hurler,

Reviens vers le néant, retourne vers la fin, le début ne sera qu'une impression de rien,

Le dégoût de tes lèvres, la bave de tes instincts, l'impression que les larmes ne seront qu'un chemin,

Il y aura des visions, des brouillards; des supplices, des coloristes fous s'enfuient dans les fourrés,

Tu rêves, tu pleures, tu cries, tu t'éloignes dans les jours, le subconscient s'effrite, caramélise la nuit,

Des femmes se penchent encore, étanchent tes émotions dans les rires et les pleurs des vivants en sursis,

Je devine le carnage autour de l'agonie, j'entends les cartilages, brisés, les corps en agonie,

Il y aura d'autres nuits, d'autres sombres équipages, des âmes en expression, languissantes pleines d'ennuis,

Je traîne dans les décombres, dans les tourments du mal, je chevauche des morts,

Le bruit se fossilise, des râles, des corps, des cris, du jour teinté de gris,

Evadé de l'avenir, des sentiments arides, du monotone ennui,

Je reste parmi les miens, statufié par le rien, comme un être ahuri, je renonce a l'effort.

 

 

 

 

Voir les commentaires